Les Bertouilles

04 septembre 2017

La séparation

Hello,

Aujourd'hui, abordons un sujet qui est systématiquement mis sur le tapis quand on a des jumeaux:

LA SEPARATION.

Dès le début de la grossesse, à peine la nouvelle digérée, tu entends parler de séparation; les poches sont-elles séparées?

Oui, ce sont des jumeaux dizygotes.

Non, ce sont des jumeaux monozygotes.

73961836

Et tout le long de la grossesse on te parlera de séparation;

- Tu vas les nourrir en même temps ou séparemment?

- Et la garde-robe, séparée ou pas?

- Ils seront dans la même chambre ou séparés?

Tu te coltines le même genre de question pour tout et pour rien durant les trois premières années!

Mais juste avant la première rentrée à l'école, alors là, la séparation est vraiment abordée.

A dire vrai, tu te poses la question

Est-ce que je dois séparer ou non mes enfants???????

Est-ce que c'est bon pour mes jumeaux d'être separés????

Alors qu'on soit clair de suite, je n'ai pas les réponses à ces questions!!

J'ai les réponses aux questions qui concernent mes enfants.

Mais ce qui fonctionne avec Paul et Jacques, n'est pas forcément adapté pour Louis et Philippe.

Aussi cette question de la séparation, avec Papa Bertouilles on se l'est posée avant l'entrée en maternelle. Honnêtement, on n'a pas réfléchit longtemps, ce n'était pas le moment, on ne souhaitait pas qu'ils soient séparés, eux non plus et l'école n'avait qu'une classe de maternelle, alors la question ne se posait pas vraiment.

Pour l'entrée en moyenne section, jétais catégorique, hors de question de les séparer!

Pour les maîtresses, c'était discutable mais là encore, une seule classe de moyenne section, alors pas de séparation même si la maîtresse les a de suite mis dans deux groupes distincts. Soit........

Et puis, Raphaël et Anaël ont grandi, et après toutes les péripéties géméllaires des premiers mois, l'année qui a été la plus difficile pour nous a été celle des 4 ans. L'année dernière, ces deux filous nous ont fait vivre des mois très difficiles. Leur belle complicité, leur incroyable complémentarité nous ont poussé plus d'une fois à bout. Et pour la maitresse, ça n'a pas été non plus de tout repos!

Tout naturellement la séparation s'est imposée à nous et aux maitresses et puis les garçons ont commencé à réclamer chacun leur tour d'avoir des moments sans jumeau dans les parages.

Aussi, dès le mois de février, nous savions que la rentrée en grande section se ferait dans deux classes.

On a fini l'année de moyenne section cahin-cahin. La maitresse les a séparé lors des temps d'activités périscolaires et dès que c'était possible car on s'est tous aperçu que Raphaël travaillait bien mieux quand il ne surveillait pas son frère. Quant à Anaël, c'est flagrant, quand son frère n'est pas dans le même coin, il est moins énervé, moins dans la compétition et surtout moins turbulent!

C'est une chose de prendre la décision de les séparer, c'en est une autre de l'appliquer!

Avant les vacances, les maitresses ont expliqué aux enfants que la grande section serait en deux classes et elles leur ont dit qui irait avec quelle maitresse. Aussi, Raphaël et Anaël savaient que la rentrée serait synonyme de séparation.

Ils en ont parlé parfois pendant les vacances mais cela était vague et surtout lointain.

Et puis..............

Toutes les bonnes choses ayant une fin, il a fallu saluer la mer, les vagues, le sable et la farniente pour enfiler son beau costume d'écolier et là, la réalité a sauté aux yeux des enfants, enfin surtout pour Raphaël.

Je n'aime pas parler de jumeau dominant et de jumeau dominé car en fonction de l'environnement et du sujet, Raphaël et Anaël échangent naturellement la casquette du frangin qui prend les choses en main. Si on fait du sport, Anaël est nettement plus à l'aise que son frangin, en revanche s'il faut faire appel à l'imagination, poussez-vous tous, Raphaël est aux manettes.

Néanmoins, chez les Bertouilles, le jumeau leader est sans conteste, Anaël.

Sous ses airs fragiles de petit dernier dans les jupons de sa mère, Anaël est plus sûr de lui, moins stressé et surtout plus indépendant que son frangin. En plus il se trouve que lui reste dans la même classe avec la même maitresse alors pour lui la rentrée n'était pas plus angoissante que cela.

En revanche pour Raphaël, les quelques jours précédents la rentrée ont été difficiles, inquiétants et à plusieurs reprises il a exprimé sa peur d'être séparé de son frère.

On l'a rassuré, on a parlé avec lui, on lui a montré tous les points positifs mais comme pour beaucoup d'angoissé, nos paroles n'ont pas changé grand chose!

Ceci dit, hier soir, Raphaël s'est couché sereinement, il a dormi d'un sommeil de plomb et ce matin il était enthousiaste.

Certes, il était dans une bonne dynamique mais le déjeuner fût frugal et à 8h00, il était prêt. Le départ de la maison n'était prévu qu'à 8h25 mais comme s'il voulait en finir rapidemment avec cette épreuve, il était disposé à en découdre rapidement!

IMG_20170904_083138

Une fois à l'école, les vieilles habitudes sont revenus au galop:

courons dans tous les sens en balançant nos sacs, en hurlant et en faisant les foufous avec les copains.

OK, ça n'est pas discret mais au moins les enfants ne sont pas stressés, ils se sentent comme chez eux!

Mais l'école ça n'est pas que la cour de récréation, alors nous nous sommes rendus dans le couloir des maternelles.

Hurlements et pleurs dans le couloir des petits, normal.

Gros bouchon dans le couloir des moyens et autre gros bouchon dans le couloir des grands.

Cette année, on fait les deux bouchons puisqu' Anaël est dans la classe MS/GS et Raphaël en GS/CP.

Qu'importe, on a tout notre temps et notre souhait c'est que Raphaël se sente bien, alors pas de stress.

Je vais saluer sa maitresse qui de suite l'a mis à l'aise, elle lui a demandé un bisou, il n'a pas refusé, bien au contraire, il m'a glissé:

- t'as vu je le savais, je suis trop beau comme ça!

Puis elle l'a de suite rassuré:

- Je suis très contente de travailler avec toi cette année, ne t'inquiète pas, ça va être une chouette année.

Il n'en fallait pas plus pour apaiser ma petite boule de stress. Une fois Anaël dans sa classe, déjà avec les copains et les jeux, Raphaël a intégré sa nouvelle classe.

Fallait le voir la tête haute, les machoires crispées mais le regard déterminé de celui qui va sauter le pas.

Il a trouvé sa place, constaté que deux de ses amoureuses et un super copain partagaient sa table, il s'est assis et de manière très résolue nous a dit:

- Au revoir à ce soir, vous pouvez y aller, ça va aller.

OK mon fils!

Juste le temps pour nous de voir notre grand gaillard faire sa dernière rentrée en primaire.

Me voilà séparée de mes enfants pour la journée, la première fois depuis 2 mois, yeah ça se fête!!!!

IMG_20170902_130949


A bientôt pour la suite des aventures!

Posté par EmmanuelleBerthe à 15:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :