Les Bertouilles

02 avril 2018

Déjà de retour!

Hello,

Comme elle est rigolotte cette Madame Bertouille. Elle pond seulement un article en 4 mois, papier dans lequelle elle annonce l'arrêt sûrement définitif de son blog et bam, à peine 15 jours plus tard, elle publie un article!

Genre, la fille, elle ne sait pas ce qu'elle veut.

Ben oui, mais que voulez-vous, pour le coup, ce n'est pas moi qui décide mais mes petits doigts qui démangent.

Et oui, pendant des mois, impossible ou si peu d'écrire et maintenant que je suis à nouveau embarquée dans un tourbillon, messieurs mes 10 doigts et Monseigneur le cerveau se décident à écrire.

Il faut dire que Mesdames Création et surtout Mémoire sont en totale ébullition.

Ah, je vous ai déjà prévenu, dans ma tête, on est plusieurs et c'est un joyeux bordel avec lequel je dois composer tous les jours.

Souvenez-vous, je vous ai annoncé ma reprise d'activité et mon entrée en formation ce lundi 26 mars 2018.

Comme un écolier lambda, j'ai préparé mon petit cartable la veille. Vérifié que ma trousse contenait tout ce dont j'avais besoin, rangé mes cahiers, mes feuilles avec soin et j'ai également préparé mon sac pour le repas.

IMG_20180323_100328

Honnêtement, il aurait fallu me filmer, ce que j'ai interdit de faire à Mister Bertouilles, on aurait dit, au choix:

- Une gamine de 10 ans qui va faire sa première rentrée au collège.

- Une poule qui va faire son entrée à l'école.

- Une foldingue de 35 ans qui reprend une activité professionnelle après 9 mois d'arrêt, qui retourne sur les bancs de l'école pour changer de métier et qui se demande si tout ça n'est pas une connerie!

Voilà pour le tableau du dimanche soir, que j'ai passé entre impatience et angoisse.

Il faut dire que ce trajet en voiture tous les matins qui risque de virer trop souvent à l'énervement dû aux travaux et au trafic dense et qui potentiellement va me conduire à être en retard ne me met pas dans les conditions les plus sereines possible.

Toujours est-il que ce lundi, j'étais convoquée, non pas à 8h00 mais à 9h00, ce qui me permettait d'être à l'heure pour le jour de la rentrée, c'est déjà pas mal.

Malgré tout, un obstacle de poids: réveiller Raphaël!

Comment vous dire????

Ce gamin, c'est moi tout craché. Donc, il frôle la perfection. C'est pas moi qui le dit. Je vous rappelle que je n'y suis pour rien, mes doigts, mon cerveau, ma mémoire et ma créativité se débrouillent (tout seuls!!!) pour écrire!

Bref, mon fils, bien que doté de très nombreuses qualités, a comme sa mère un défaut de taille.

Il n'est pas du matin.

Non mais vraiment pas du matin. Le réveil c'est une réelle souffrance pour ce gamin.

Pour vous dire, avant le 26 mars, on partait de la maison vers 8h25. Je réveillais les enfants à 7h30. Sachant que les petits sont au lit à 20h20, que papa lit une histoire, que les lumières sont éteintes à 20h35 au plus tard et que Raphaël ronfle dès 20h42, il me semble que ça fait déjà une belle nuit. Et bien non!

Petit Raphaël était déjà en galère tous les matins, alors que son frère jumeau était déjà branché sur 100 000 volts depuis 6h30/7h00. Alors, je ne vous cache pas que le réveil à 6h30 pour un départ à 7h20 de la maison avait vraiment de quoi m'inquiéter surtout concernant Raphaël.

 Et sans surprise, le matin a été une énorme galère!!!

Raphaël a galéré, mais Gabriel aussi, Anaël également et je ne vous parle même pas de moi.............

Vraiment, ça a été difficile pour tout le monde mais pour autant, tous les jours on a été à l'heure à l'école.

Dommage que la garderie n'ait jamais ouvert à l'heure.

Cette semaine, j'ai eu le droit à la panne de réveil de la dame de la garderie, puis j'ai eu la dame est à l'heure, la grille est ouverte mais la dame est loin, très loin, au fond de l'école il nous faut donc attendre qu'elle arrive dans la garderie. J'ai aussi eu le droit à 7h33: ben ne courrez pas Madame, c'est pas la peine.

Sauf que dans mon cas, chaque minute est comptée, et si partir à 7h34 plutôt que 7h30, ça change tout...

Mais la cerise sur le gâteau c'était quand même mercredi.

Alors là, j'ai frolé la crise cardiaque. Je me suis levée, lavée et habillée, j'étais dans les temps. Puis j'ai réveillé les enfants et là, ce fût le drame!

Anaël s'est levé, livide, chiffonné et j'ai tout de suite vu que ça n'allait pas le faire.

Pas manqué, 6h35, le gamin vomit.

Alors comment vous dire.....

index

Peur, colère, dégoût et tristesse en boucle, immense stress, à ce moment là, j'ai grave buggé.

J'ai fait des formations de management, je sais qu'à ce moment là, je suis entrée dans ce qu'on appelle un cycle de maintenance.

Un couac surgit, on n'arrive pas à y faire face, et bam la machine peut faire des gestes automatiques mais impossible de prendre une décision, encore moins la bonne.

ob_8d7b9b51ffba777a89fce6098050dbe9_cycle-de-maintenance

Oui, parce qu'avec le recul, je sais exactement ce que j'aurais dû faire. J'aurai dû m'apercevoir que le gamin était totalement stressé, que s'il avait vomi c'était juste de l'angoise, j'aurai dû questionner, comprendre, analyser et consoler. Oui, mais voilà, moi je suis de suite entrée en cycle de maintenance...

Faut dire qu'au troisième jour de la formation, je ne me voyais absolument pas appeler pour dire que je ne venais pas car j'avais un gamin malade, j'ai pas envie de me faire virer du programme moi!

Bref, je n'ai pas eu la bonne réaction, mais honnêtement, je n'étais pas dans les bonnes circonstances pour réfléchir convenablement. Je vous passe les détails mais ce jour là, je suis arrivée en retard, Papa Bertouilles a dû revenir de son boulot, Papi est arrivé en retard au sien et finalement le gamin n'avait rien............

Des matins sur les chapeaux de roue donc et pour moi impossible d'être à l'heure. J'ai beau essayer, tenter plusieurs trajets, y'a pas, 26  kilomètres de trajet à faire en heure de pointe, ça ne passe pas en moins de 30 minutes. Donc, c'est sur les rotules, en nage et extrêmement énervée que j'arrive tous les matins vers 8h10 au centre de formation.

Quelle chance, j'ai des collègues formidables qui ont la gentillesse de me préparer un café tous les matins me permettant enfin d'avaler quelque chose car je suis tellement angoisée avec ce p*tain de trajet que je ne prend même pas le temps de déjeuner.

Ce qui forcément ne me met pas non plus dans de bonnes conditions, mais ce n'est pas grave le midi je peux manger de bons petits plats préparés la veille et joliment disposés dans mes nouvelles petites lunch box.

Ben non!

On nous a appris le premier jour que le centre de formation ne nous mettait pas à disposition une salle pour les repas donc au choix, on mange dans la voiture ou on profite de la cantine.

Alors, Nord oblige, en ce moment, il caille. Non mais vraiment. Pluie, vent et températures pourries sont notre lot quotidien. Alors après 2 jours de repas dans la voiture, j'ai décidé de prendre mes repas à la cantine. Des dépenses supplémentaires non prévues mais un gain de temps la veille au soir et puis quand il fera beau, nous avons décidé avec les collègues de  faire des pic-niques.

Parce que s'il y a un vrai bon point positif cette semaine, ce sont les collègues.

On est 15, tous d'univers différents, on est âgé de 24 à 49 ans. Pour une fois, je ne suis ni la plus jeune, ni la plus vieille, je suis dans la moyenne.

Bref, un super groupe, qui pour le moment fait preuve de solidarité et il faut l'avouer on a beaucoup ri cette semaine, et bosser dans la bonne humeur, c'est vraiment agréable.

Sur la formation en elle même je suis ravie de mon choix, j'ai bien l'impression d'avoir trouvé mon truc.

Donc comme dit l'autre, y'a plus qu'à!

Bon, en prenant ses gouttes tout de même, car les semaines à venir s'annoncent très compliquées. Grève SNCF oblige, Papa Bertouilles sera sûrement encore moins présent que d'habitude, ce qui veut dire que tout va reposer sur mes petites épaules et mêmes si elles sont larges, tout gérer du matin au soir, plus encaisser un temps plein d'informations nouvelles et dans le même temps chercher un lieu de stage pour dans 2 mois, je dois l'avouer ça fait peut-être un peu beaucoup pour une seuler personne.

Mais bon, je vais pouvoir compter sur la bonne volonté de mes enfants, non???

Manifestement, ce n'est pas prévu au programme.

A l'heure où j'écris, ils hurlent, sont en boule dans le couloir, à priori, l'un des trois a balancé son point dans la tronche de son frangin pour une sombre histoire de toupies mais c'est le troisième qui a reçu le coup alors qui lui il était même pas dans l'histoire et Bla bla bla bla AARRRRGGGHHHHHHHH............

Bref, ça devrait s'arranger.......

Enfin j'espère!

index


 

 

Posté par EmmanuelleBerthe à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]