Hello,

Aujourd'hui, un article un peu différent.

Mon sujet du jour: VOUS!

Ceux, que le français, la logique et les faits m'obligent à appeler, mes lecteurs, même si je vous l'avoue cela me fait tout drôle!

Vous êtes en moyenne, une centaine à venir sur le blog tous les jours, avec des pics à 200 les jours de publication d'article.

Vous êtes plus de 250 à suivre nos aventures via le Facebook Les Bertouilles.

Et, je dois vous le dire, au delà de l'étonnement qu'est le mien d'être lu, cela me touche énormément.

Comprenez-moi bien, écrire, je ne peux pas faire sans. J'en ai besoin. Je pourrais me contenter des lettres que mon patron me demande d'écrire, des listes de courses, des to do list que je fais pour tout et n'importe quoi. Mais voilà, ça ne me suffit pas. Il m'arrive de ne pas écrire pendant un certain temps, parce que je suis fatiguée, débordée, simplement car je n'ai rien à raconter, mais ces périodes, quoique cycliques, ne sont jamais bien longues et se terminent toujours de la même manière. Mes petits doigts me démangent, c'est la fête des méninges qui tournent dans tous les sens au milieu de mon crâne, vite vite il faut que j'écrive.

Bien sur, quand j'ai du temps pour écrire, et surtout pour rêvasser, mes méninges passent à la vitesse supérieure et on ne m'arrête plus.

Malheureusement, si mes méninges s'entendent plutôt bien avec mon imagination, il manque un élément non négligeable pour former un trio de choc qui me permettrait de vivre de l'écriture: le talent.

N'ayez crainte, je ne m'en plains pas, on ne peut pas tous être Balzac, Sand ou Hugo, ni même Nothomb, Pancol ou Beigbeider.

Par chance, il se trouve qu'avec ou sans talent, avec ou sans imagination, du moment qu'on connait les mots et qu'on a envie, ou plutôt besoin dans mon cas, on peut écrire.

Sur tout, sur n'importe quoi, tout le monde peut écrire.  Il suffit ensuite de choisir si l'on veut ou non des lecteurs.

En ce qui me concerne, j'ai toujours écris. Du journal intime aux nouvelles, en passant par des rédactions plus ou moins inspirées selon le sujet, j'ai toujours écris. En revanche, je n'ai pas toujours donné mes écrits à lire. Par pudeur, par souhait et puis aussi parce que je savais que ce que j'écrivais ne méritais franchement pas d'être lu!

Car avant d'écrire, ce que je fais surtout c'est lire. Voilà bien une activité dont je ne pourrais absolument pas me passer. La presse quotidienne, les romans, les magazines sur tout et rien, des blogs, je lis beaucoup et ce depuis que je sais lire!

Aussi je sais que si l'on veut faire lire ce qu'on écrit, il faut que ce soit un mimimum intéressant. Je ne me fais pas mousser, rassurez-vous, mais je voulais juste vous expliquer que si j'ai fait le choix, il y a 4 ans de rendre publics mes écrits sur la grossesse gémellaire puis sur la vie avec des jumeaux, c'est parce que j'ai estimé que ce sujet était succeptible d'intéresser.

J'aurais pu choisir de tenir un carnet de grossesse ou un journal intime, mais j'ai fait le choix du blog, parce qu'en plus d'écrire, je voulais partager. Mes doutes, mes questions, mes remarques, mon expérience, et je voulais échanger avec vous.

Bingo, c'est chose faite!

Voila plus de 4 ans, que vous et moi, échangeons, par mail, via les réseaux sociaux, et je dois vous avouer que depuis 4 ans, j'ai reçu beaucoup de témoignages très sympathiques et qui à chaque fois me cueillent!

Je suis toujours étonnée de découvrir qu'on me lit, que mes articles font rire, et que mes péripéties trouvent un écho dans la vie de mes lecteurs.

Là aussi, rassurez-vous, la Mère Bertouilles ne fait pas un mauvais trip aux champignons hallucinogènes qui me feraient croire que je suis la plus extraordinaire, le plus grand écrivain de tout les temps et que tout le monde m'aime!

Non, non, point de cela ici!

Mais il se trouve que la semaine dernière, à 3 jours d'intervalles, j'ai reçu 2 mails d'encouragements à continuer, de félicitations pour avoir fait sourire avec des thèmes de la vie quotidienne qui au départ ne sont pas plus drôle que d'aller faire des courses ou prendre la bagnole pour faire quelques kilomètres!

Et aussi dans ces mails, des remerciements.

Oui, la même semaine, en plein été, quand beaucoup sont en mode cool sur la plage, quand on n'attend rien de la journée, à part peut-être l'heure de l'apéro en terrasse un verre de rosé à la main, deux lectrices du blog m'ont remercié!

Stupeur et tremblements, vous connaissez?

Là, c'était plus, Etonnement et embarras!

Comment, des remerciements?

Et là, je me suis aperçue que depuis 4 ans que vous et moi partageons quelque chose, jamais, non jamais, moi, je ne vous avez remercié.

Quel inconvenance!!!

Pour ma défense, et vous le savez, les deux premières années de ce blog et donc de Raphaël et Anaël, ont été................bordéliques, épuisantes, une véritable accumulation de grand n'importe quoi qui te plonge la tête sous l'eau!

Alors c'est vrai, ces deux premières années, je pensais à autre chose. Rectification, je ne pensais pas, je survivais comme je pouvais!

Et puis, la vie a repris petit à petit son cours normal, pas tout à fait calme, mais nettement moins chaotique qu'auparavant.

Et j'ai poursuivi le blog. En passant de la novice à l'expérimentée -et oui quand tu as survécu aux deux premières années de jumeaux, t'es une experte!- j'ai beaucoup plus échangé avec vous.

A chaque message reçu, j'ai donné une réponse. Parfois avec quelques jours de retard mais toujours avec plaisir d'avoir des lecteurs et surtout des échanges avec eux.

Et je le reconnais, à chaque fois, une once de fierté pour ces remerciements que vous m'adressez.

Mais oups, jamais, non jamais, à mon tour, je ne vous ai remercié.

Alors, aujourd'hui, permettez-moi de rectifier le tir et de vous adresser, à vous, derrière vos PC, tablette, smartphone, vous qui commentez mes publications, qui répondez à mes questions, vous qui sans le savoir m'aidez à poursuivre l'écriture de ce blog, vous qui je le sais, n'êtes pas des millions et alors, vous qui me faites marrer avec vos commentaires, vous que j'ai l'impression de connaitre un peu, vous que je peux appeler sans arrogance, juste avec beaucoup de considération, oui, vous, vous mes lecteurs

IMG_20160816_155703

Quelle chance, nous ne sommes pas dans un livre, mes remerciements ne sont donc pas synonymes de Fin du bouquin!

On se retrouve bientôt sur le blog pour un article sur le Fucking Four version Twins et autant vous dire que le Terrible Two a été compliqué mais alors le Fucking Four, c'est carrément dix étages au-dessus!!


En attendant, je ne suis pas contre quelques lecteurs de plus, alors n'hésitez pas à partager le FB Les Bertouiles et la page du blog!