Hello,

Je sais, je sais, je vous avez parlé d'un article sur les mesures de sécurité de l'école, enfin plutôt les pseudo mesures mais il se trouve que j'ai repris le travail à temps plein, ce qui n'était pas prévu avant Octobre alors je n'ai pas eu le temps. Et puis ce sujet m'énerve déjà tous les matins et tous les soirs alors je ne vais pas en plus me prendre la tête avec ça le mercredi après-midi!!!

Non, faisons plutôt un article prise de tête sur mon sujet favori, qui se trouve être ma prise de tête phénoménale du moment, à savoir:

MES TROIS CHARMANTES PETITES TÊTES BLONDES!

Qui en réalité sont plutôt

MES TROIS AFFREUX JOJOS, DEUX BRUNS ET UN BLONDINETS.

Oui, les formidables petits êtres que j'ai mis au monde sont en monde VILAIN MECHANT IMBUVABLE.

Mais là, je vous assure, ils atteignent des sommets.

Vous allez me dire

- A ce point là?

Oui vous allez me poser cette question puisque c'est cette question que m'a posé mon entourage ces derniers temps. Partout, où je me rends, les yeux cernés, après tout de même 6 semaines de vacances, la mine exaspérée, la voix en vrac d'avoir trop crié, partout, depuis quelques temps, quand on me demande

- T'es sur que ça va?

Je répond

- Mes gosses sont ingérables, je ne sais plus quoi faire...

On me rétorque

- A ce point là?

Alors que ce soit clair, oui c'est à ce point là!

Au point de se demander à qui on adresse la lettre de démission parce que là, définitivement, on baisse  les bras.....

Au point de se coucher à 17h30 en rentrant du boulot/école/boulangerie, en se disant que peut-être si on ferme les yeux quelques instants et qu'on les rouvre, le bruit aura cessé, les disputes aussi, et tout cela en réalité, n'aurait été qu'un mauvais rêve....

Au point d'avoir l'impression de n'être qu'une horrible mégère porte de prison qui passe son temps à hurler, réprimander et qui jamais ne passe un moment serein et calme avec les enfants qu'on a pourtant désiré de tout son coeur....

Oui c'est à ce point là......

Et c'est à n'y rien comprendre.

Mes gosses ne sont franchement pas à plaindre. Non mais vraiment.

Je reprends le travail à temps plein, oui mais je m'organise pour ne pas travailler le mercredi après-midi et pour finir tôt afin de les reprendre à la sortie de la classe. Manifestement ce n'est pas assez, ces messieurs râlent....

Nous avons beaucoup de travaux à faire dans la maison, au passage nous leur réservons l'intégralité du sous-sol pour faire une pièce de jeux, alors oui nos week-end sont chargés et pas très rigolos pour des enfants. Mais en bons parents guimauves, nous gardons toujours quelques heures pour une activité familiale, nous acceptons toutes les invitations des camarades que nous rendons ce qui compliquent encore plus les week-end travaux mais nous le faisons de bonne grâce. Et bien cela aussi ce n'est pas suffisant pour nos enfants-rois.

Je ne vous parle pas des tortionnaires que nous sommes pour ne pas avoir été en vacances cette année. Pardon les petits chéris, mais Crésus n'est pas passé par chez nous...

Quant aux règles de vie que nous imposons, d'après mes enfants cela est proche de la dictature et moi je suis une mauvaise mère.

Oui, cette semaine alors que mon fils ainé me réclamait un goûter à 17h50, j'ai eu l'audace de lui répondre par la négative car il avait déjà goûté à 16h10 et par ailleurs, comme mes enfants sont des ventres sur pattes avec une horloge à la place de la tête, le repas du soir pour ces messieurs a lieu à 19h00 pétantes, alors face à ce refus, j'ai eu le droit à

- T'es vraiment une mauvaise mère!

 T'as passé une journée de merde à serrer les dents face à un patron acariâtre, et bien maintenant prends ça dans les dents.

Vous comprenez bien qu'avec ce comportement et cet état d'esprit, dès que je demande qu'on se brosse les dents, qu'on range ses chaussures et tout simplement qu'on se plie aux règles de vie en collectivités et aux mesures de sécurité de base comme traverser sur les passages piétons, je suis la pire des tyrans possibles et inimaginables.

Et alors je vous assure que rien n'y fait. On peut punir, on peut priver, on peut crier, ils s'en moquent comme de leur première chemise, ils n'en font qu'à leur tête.

Alors je passe tout mon temps avec eux à crier, à réprimander, à punir, à empêcher les conneries, à ramasser après les conneries et à me désespérer de leur attitude.

En discutant avec d'autres mamans autour de moi, des mamans avec de enfants du même âge que les miens et donc confrontées au mêmes problèmes ou alors avec des mamans qui sont passées par là il y a quelques années, je fais plusieurs constats:

- A priori, beaucoup passe par là.

Réconfortant mais ça ne me donne pas la solution...

- La patience, la patience et la patience.

Voilà donc la solution que m'ont donné mes interlocutrices, me voilà bien avancée....

- Ah oui et puis toi, t'as que des mecs, courage.

Bon les gars, on va vous mettre des robes et des chouchous roses dans les cheveux, histoire de voir si ça vous calme un peu, parce que moi, je vais pas tarder à virer barge si vous continuez votre cirque!

Bref, entre celles qui vivent ce que je vis, donc me comprennent vraiment mais ne peuvent pas m'aider à part en allant boire un coup, encore qu'on n'a pas vraiment le temps, rapport à nos marmots infernals! et celles qui sont passées par là et qui sourient de manière nostalgique en repensant à leur gamine de 6 ans qui se roulait à terre à la sortie de l'école, me voilà vraiment bien avancée.

Au passage, oui à priori, on sera nostalgique de cette période........

Pour le moment, je suis fatiguée, exaspérée, dans l'incompréhension, quasiment aphone et désespérée.

Par chance, je ne suis pas seule, Papa Bertouilles m'épaule beaucoup mais lui aussi partage mon exaspération.

Par chance aussi, à l'école tout se passe bien. Raphaël qui était infernal l'année dernière, ce qui m'avait valu beaucoup trop de tête à tête avec la maîtresse, est pour le moment appliqué, attentif, limite bon élève, il a même plus de "bons points" que Anaël et cerise sur le gâteau, il ne va plus à l'école en trainant des pieds!

Dommage que sa bonne volonté s'envole sitôt maman dans les parages...

On va espérer qu'avec la reprise des activités sportives dès demain, les gosses se calment. Gabriel va faire du foot, de l'équitation et du tennis, (il va se plaindre après!), si avec tout ça il déborde encore d'énergie, je n'y comprend plus rien!

Si toutefois, l'un d'entre vous a la recette miracle pour que mes gamins acceptent d'intégrer juste quelques règles toute simples ou si vous avez une grand-mère un peu sorcière qui aurait inventée la potion pour avoir des enfants sages, je suis même preneuse du tour de magie qui tranforme les tornades en petite brise d'été bien agréable, pensez à moi, partagez votre recette je vous en prie, je vous en serais éternellement reconnaissante!


Et comme pour me faire mentir, voilà 30 minutes que je n'entend rien. Les trois dessinent dans le calme, sans se disputer, sans écrire au feutre sur mes chaises blanches, sans se taper dessus.. et je vous jure, ils ne dorment pas mais ils sont calme!!!

Oh purée c'est un miracle!!!!!!

Je vais jouer au loto parce que là je crois que je suis en veine!!!!!!


Sauf que si je veux tout à fait être honnête, entre le moment où j'ai fini cet article et le moment où je le publie, ma soeur m'a appelé. Il se trouve que chaque soir, elle passe au coin de ma rue, je vous rapporte notre conversation:

-Salut, ça va?

J'ai fait soft, j'ai juste répondu

-Oui et toi?

- ça va mais dit moi, je suis passée au coin de ta rue, c'est normal que les phares de ta voiture soient encore allumés?

Normal, non, mais explicable oui...

Ce midi, après maints et maints hurlements, je n'ai pas réussi à faire sortir les enfants de la voiture alors je suis rentrée dans la maison, laissant notament Anaël au volant de la bagnole bruitant le moteur ultra bruyant de voiture. Et bien sur il en a profité pour toucher à tout, allumer les phares et ne pas les éteindre....

Merci Anaël......

Et surtout merci la frangine, j'aurais eu bel air demain matin pour partir au boulot.....

quote-la-connerie-a-ce-point-la-moi-j-dis-qu-ca-devient-genant-michel-audiard-182114